• Les vieux

    "Le temps est un poison tellement délicieux.

    Le temps est un poison infiniment précieux."

     

     

     

    Sur la place du village ils ont un rendez-vous, rite ancien au banc qui les reçoit.

    Et tout au long du jour leurs mains – sarments noués – s'enroulent doucement,

    s'entrelacent ou se figent dans un silence d'écorces grises.

    Sous la peau parchemin, tendue aux arêtes des os,

    quelques braises rougeoient dans des creux où la vie, ralentie,

    bat encore au plus près de leur cœur.

    Le burin des années a taillé sur leurs joues des ombres de granit

    et figé à l'entour de leurs yeux un flot de rides tristes.

    Ces yeux, un peu trop bleus, errants dans un brouillard où l'instant s'évapore.

     

    Tandis que s'éternisent les coffres de mémoire où vivent-ils leur temps ?

    Si près de nous mais si près de cent ans.

    Peut-être en souvenirs – voyages incertains – témoins des jours heureux.

    Souvenirs de ces prés aux herbes écrasées dans les roulades de l'enfance,

    ivres de cris et d'insouciance.

    Souvenir de ce trouble regard, ce silence gêné,

    effacé d'un sourire à l'instant d'inventer la première caresse.

     

    Dans les feuillets du temps ils rêvent dans des lieux qui servent de repos aux mémoires anciennes.

    Dernier refuge pour ceux dont les chemins-haillons désertent le futur

    et chancellent trop près des limbes qui les espèrent.

    Leurs gestes économes au souffle fatigué d'une brise d'hiver,

    leurs sourires pensifs – nuages vaporeux – savent bien les adieux.

     

    Ils les attendent comme un dernier faux pas.

     

    Sanilhac 04.12.2017

    « la corrida et toroAvec toi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :